Moucheurs du Montréal Métropolitain Moucheurs du Montréal Métropolitain Moucheurs du Montréal Métropolitain Moucheurs du Montréal Métropolitain Moucheurs du Montréal Métropolitain

La mouchetée

La mouchetée du Québec

Pêche en lac

Par : Claude Bernard

la_mouchetee.pdf

Pour le pêcheur en eau calme, un lac est un système complexe de :

courants

vagues

sites de faible à grande profondeur

couches variables de température

couches variables en contenu d’oxygène

répartition d’herbages aquatiques (présence de différents invertébrés)

répartition de structures

sites bien définis utilisés par les poissons

Pour améliorer les chances de captures lorsque la pêche se fait en lac :

parlez avec les autres pêcheurs et écoutez leurs conseils

cherchez les restaurants du lac

cherchez ce qui est au menu de la nature

pêchez aux périodes où le repas est servi

essayez de tout contrôler:

quel lac et à quel endroit sur ce lac

montez vous-même vos mouches

préparez vous-même vos avançons, soies, cannes et moulinets

surtout, choisissez bien vos partenaires de pêche

Règle 1

L’eau d’un lac bouge peu. Le poisson doit donc se déplacer pour trouver sa nourriture. Le pêcheur doit donc repérer ses voies de déplacement.

Règle 2

Les voies de déplacement des poissons sont délimitées par différents types de bordures. En étudiant un lac, repérez les caractéristiques propres à la présence de ces bordures.

Les voies de déplacement sont déterminées par les structures.

En chasse, le poisson suit les bordures :

d’herbages de surface

d’ouvertures dans les herbages

d’herbages submergés

de billots immergés

de structures rocheuses horizontales, en pente ou verticales

de blocs de pierre près de la berge

pour le poisson, ces bordures sont des voies de maraudage.

La végétation aquatique est dispersée dans un lac selon la profondeur et la clarté de l’eau. La végétation aquatique a besoin de la lumière du soleil pour croître.

Donc, la présence de végétation dans un lac est fonction de la pénétration de la lumière dans la colonne d’eau et de sa limpidité.

On peut avoir une idée de la topographie du fond d’un lac en projetant mentalement sous l’eau les contours environnants. À défaut d’un sonar, la carte bathymétrique est encore la meilleure façon de lire le fond d’un lac.

Le restaurant est très souvent situé près d’un herbier, point de départ de la chaîne alimentaire. Le poisson doit s’y rendre pour s’alimenter. Le restaurant est le site d’alimentation.

Types de restaurants

le chenal du lac

une grande surface peu profonde (1 à 3 mètres)

les herbiers

une pointe sablonneuse ou rocheuse

la rocaille et l’herbier à l’embouchure d’un affluent

les arbres renversés dans l’eau

la baisse subite du fond du delta d’un affluent

l’appel d’eau d’un affluent

les abords d’un émissaire

les fonds vaseux face à une ligne d’herbages

les hauts-fonds

une cabane de castor

sources ( eau froide de la nappe phréatique – entre 10 et 16 deg.C. )

Règle 3

Le poisson suit sa nourriture. Donc, trouver la nourriture (restaurant) implique que le pêcheur a trouvé le poisson.

Secteurs de vie du lac en fonction de la répartition du poisson :

1. La zone de végétation – littoral ; tout endroit du lac où la profondeur de l’eau n’excède pas la pénétration de la lumière.

2. La zone noire – eau profonde ; tout endroit du lac où la profondeur de l’eau est excède sa capacité à laisser pénétrer la lumière.

3. La zone centrale – eau de surface du milieu ; toute couche du lac situé loin du littoral, mais pénétrée par la lumière.

Règle 4

Comprendre le comportement de la nourriture (menu) du poisson est très utile pour repérer le poisson qui s’alimente.

Règle 5

Zone principale d’alimentation

La nourriture du poisson se trouve en abondance dans la zone de végétation.

Le pêcheur doit concentrer son effort de pêche dans ce secteur.

Règle 6

Zones d’alimentation de second ordre

La nourriture du poisson sera présente à l’occasion dans les zones noires et centrales. Le pêcheur devra s’assurer de la présence de nourriture avant de fournir beaucoup d’efforts de pêche dans ces secteurs.

Règle 7

90 % des poissons occupent 10 % du volume d’un lac.

Règle 8

Le poisson se nourrit surtout lorsque la marée (son effet) est montante et un peu moins lorsqu’elle est descendante ; et se nourrit aussi lors de lunes propices.

Consultez les tables des marées pour connaître le moment précis des marées dans votre secteur de pêche.

Lors de bonnes conditions atmosphériques par pleine lune :

le poisson se nourrit cette journée-là et durant les 5 jours précédents ;

après une pleine lune. la pêche est médiocre pendant 7 jours

Lors de bonnes conditions atmosphériques par nouvelle lune :

Le poisson se nourrit cette journée-là, durant les 5 jours précédents et durent les 5 jours suivants

en dehors de cette période la pêche sera plutôt médiocre.

Les façons de pêcher à la mouche dans un lac :

au lancer pour la pêche en surface ou dans les deux mètres supérieurs

à la traîne pour la pêche sous la surface supérieure ou en profondeur

Pour augmenter le succès de pêche en lac, il faut contrôler les comportements suivants de la mouche :

au lancer ;

la vitesse de récupération

la saccade de récupération

l’action imprimée à la mouche

la profondeur de la mouche

le type de soie, la longueur et la résistance du bas de ligne

le type d’artificielle selon la nourriture à imiter

le temps de plongée de la mouche avant de commencer la récupération (technique du décompte)

à la traîne ;

les variations de vitesse de l’embarcation

les ralentissements, les arrêts et les départs de l’embarcation

les variations de direction de l’embarcation – virage à 90 degrés

la profondeur de la mouche

le type de soie, la longueur du bas de ligne et la longueur de ligne à l’eau

le type d’artificielle selon la nourriture à imiter

L’omble de fontaine de nos lacs, si populaire et pourtant méconnu!

Ce magnifique poisson est le poisson-emblème du Québec

il est réparti sur tout le territoire de la province

il vit dans tous les types de plans d’eau à eau froide, du petit ruisseau au plus grand des lacs

sa robe est foncée et ses taches sont pâles comme chez tous les ombles

l’intensité de la couleur de sa robe est fonction de son milieu de vie et du temps de l’année

son dos est d’un vert olive vermiculé, ses nageoires ventrales sont rosées bordées de noir et de blanc, sur ses flancs sont réparties des taches rouges encerclées d’un halo bleu et de taches jaunes

la partie inférieure de ça caudale est aussi bordée de noir et de blanc

les mâles sont beaucoup plus colorés surtout en période de frai

ses besoins essentiels sont :

oxygène (idéal de 5 à 12 ppm)

température de l’eau (idéal de 12 à 18 deg. C.)

Nourriture

couverte

sites de frai

les recherches des gens de l’Université du Québec à Trois-Rivières démontrent que deux types d’ombles de fontaine peuvent se retrouver dans un même lac.

L’omble de fontaine ‘pélagique’ à corps allongé qui vit au large du lac et qui se nourrit surtout de zooplancton.

L’omble de fontaine ‘de littoral’ à corps trapu qui vit près des berges du lac et qui se nourrit d’insectes, de poissons-fourrage, de crustacés et de tout autre type de nourriture disponible.

Les recherches semblent démontrer que dans un petit lac de tête, le frai est efficace à chaque 2 ou 3 ans.

La biomasse d’un lac varie très peu à moins d’un accident écologique, donc si le frai est efficace seulement aux 2 ou 3 ans, il y a peu de poissons, beaucoup de nourriture et les poissons deviennent gros

les truites fraient tous les automnes – c’est la nature qui détermine si les oeufs vont éclore.

Au contraire, s’il y a beaucoup de poissons dans un lac pour une quantité de nourriture donnée, ceux-ci seront petits.

la compétition pour la nourriture et l’espace disponible obligent les truites à devenir fortes (bagage génétique)

La nourriture des mouchettes dans les lacs du Québec

Les travaux des étudiants du professeur Pierre Magnan semblent démontrer qu’un mètre cube du fond d’un lac type au nord de Trois-Rivières contiendrait :

87 odonates

65 trichoptères

2476 diptères

74 éphéméroptères

il y a, bien sûr, les autres insectes aquatiques, les insectes terrestres, les crustacés, les vers , les sangsues, les mollusques, les poissons-appâts, les grenouilles, les salamandres et les mulots.

Les écrevisses sont nombreuses dans plusieurs lacs à eau froide où vit l’omble de fontaine et sont active lorsque l’eau est entre 10° à 18°C

l’écrevisse est pourvue d’un exosquelette et lorsqu’elle grandit, sa carapace se fendille pour laisser sortir une nouvelle écrevisse plus grosse, tendre, délicieuse, juteuse, protéinée, mais de couleurs variantes d’orange.

Les grosses truites qui ont leur diplôme universitaire ont appris à reconnaître ce délice que leur offre la nature.

Il y a aussi les sangsues recherchées par les grosses truites

jusqu’à 30 cm, les truites se nourrissent surtout d’insectes de la zone littorale et au-delà de 30 cm, elles délaissent les insectes et consomment surtout des poissons-appâts et les autres bestioles.

Les mouches et la pêche

il est donc possiblement sage d’utiliser des grosses mouches pour capturer les plus gros ombles !

Les mouches contenant la couleur orange dans la parure leur donnent l’allure d’un élément de nourriture qui vient tout juste de muer ou de changer de carapace.

Les imitations de sangsues de couleur brun sale, olive,beige et grise sont à utiliser souvent.

Les streamers sont le type d’artificielles les plus souvent utilisées, car elles imitent les petits poissons-fourrage présents dans une multitude de plans d’eau .

Dans un grand nombre de lacs, les poissons-fourrage ont été introduits par des pêcheurs sportifs inconscients du grave dommage causé par le rejet à l’eau des ménés utilisés pour leur pêche.

les éphémères retrouvés en lac sont surtout du type ‘fouisseuses’ auxquelles s’ajoutent certaines ‘nageuses’

les plus prolifiques éphémères de lac sont :

(ephemera guttulata) green drake

(ephemera varia) yellow drake

(ephemera simulans) brown drake

(hexagenia limbata) olive winged drake

(beatis) blue winged olive

Les odonates de lac sont les libellules et les demoiselles

elles sont du type ‘errant’, ‘rampant’ et ‘fouisseuse’ pour les libellules et du type ‘nageuse’ pour les demoiselles.

– si vous pêchez au lancer, sachez que les libellules ont tendance à migrer vers la rive du

lac le soir et vers le milieu du lac le matin.

Chaque lac est habité par les insectes les mieux adaptés à l’environnement de ce lac.

L’apport d’insectes terrestres est peu important pour la pêche en lac alors que ce même apport est très important pour la pêche en rivière.

Dans une embarcation, pêchez avec le fond de l’eau en vue d’un côté de la chaloupe et le fond perdu de l’autre côté.

Plus l’eau est claire, plus il faut traîner long de ligne et d’avançons.

Lorsque le soleil est fort, le poisson descend, car la surface de l’eau devient comme un miroir, il faut donc pêcher en profondeur.

Si les nuages apparaissent, ils remontent près de la surface.

S’il y a un vent du sud ou de l’ouest, pêchez avec un streamer en surface, car c’est une arrivée de haute pression atmosphérique et la pêche sera bonne.

Les vagues brisées apparaissent à la surface.

Avec le vent du nord arrive la basse pression et la pêche sera moins bonne.

Regardez la nature, les oiseaux sont actifs, les feuilles bougent, c’est le temps de pêcher

toujours vous assurer que les hameçons sont très bien affutés.

Équipements

selon l’ampleur du lac et la distance des lancers à exécuter utilisent une canne pour soie # 7 pour les gros lacs et un canne pour soie # 5 ou 6 pour les autres.

Si vous pêchez à une profondeur de moins d’un mètre de la surface, la soie flottante est préférable.

Ajoutez entre la pointe de l’ avançon de monobrin et la soie une section plongeante de densité appropriée pour présenter l’artificielle au niveau désiré.

La soie à bout plongeant fera aussi l’affaire.

Pêchez de la berge, d’une embarcation ou d’un anneau de flottaison (kick boat).

À la traîne votre embarcation sera déplacée par vos rames ou avirons, par un moteur électrique d’ au moins 35 livres de poussée ou par un moteur à essence de petit calibre.

Utilisez la soie complètement plongeante de densité adaptée aux conditions du moment attachée à une longue ligne de réserve et terminée par un bas de ligne de la longueur de la canne.

Un lac à eau très limpide exigera un avançon plus long.

La résistance recommandée de l’avançon est de 6 livres, mais réduire la capacité de l’avançon peut augmenter le nombre de touches des poissons sur les artificielles au risque de rupture.

Traînez deux mouches, la plus haute à l’excédant ( de 4 à 6 ponces) de monobrin ayant servi à faire le noeud de montage boucle à boucle, du bas de ligne à la soie et l’autre à la pointe du bas de ligne.

La mouche du haut représentant une ‘bouchée’ pourchassée par la mouche du bas qui, elle, représente un ‘prédateur’.

Mon gourou de pêche en lac, Jean-Guy Côté, aime beaucoup attacher une ‘Presque pas’ en haut et une ‘Branchu’ à la pointe.

La ‘Presque-pas’ représente la bouchée et la ‘Branchue’ représente l’écrevisse qui vient tout juste de se métamorphoser et qui possède tous les atouts recherchés par les gros ombles de fontaine de nos lacs.

En embarcation, à deux pêcheurs, chacun pêche de son côté et la longueur des lignes est différente d’ environ 10 à 20 mètres.

Notez qu’il arrive souvent que les truites suivent et prennent les mouches les plus éloignées de l’embarcation.

Notez aussi que souvent les poissons frappent vos mouches suite à un changement de vitesse, de direction ou de hauteur dans la colonne d’eau.

Faites une combinaison de ces changements et attendez-vous à des surprises.

Pour de petits lacs, l’anneau de flottaison est avantageux, car le pêcheur est dans l’élément des poissons qui ne semblent pas effrayés et mordent à courte distance.

De plus, la pêche dans un lac de tête, accessible seulement par la marche, est facilitée par l’utilisation de l’anneau de flottaison ou le ‘kick boat’ .

On se rappelle que les mouchetées sont souvent au fond du lac jusqu’à 25 pieds et que si les mouches sont traînées au bon endroit, les grosses truites mordent

on se rappelle aussi le ‘système de confiance’ : « j’ai pris de la truite dans un lac avec une mouche particulière dans mon embarcation à un endroit précis d’une façon spéciale à une date choisie avec mon compagnon préféré. »

Yvon Gendron a toujours dit « Moins un pêcheur sait pêcher, plus il s’équipe ! »

Modes de gestion

Sépaq – Réserves fauniques et Parcs

Zecs

Parcs fédéraux

Pourvoiries

Territoires privés

Territoires libres

Pour tous renseignements à propos d’une zec ou d’une réserve faunique:

contactez le bureau régional de la Société de la faune et des parcs du Québec de votre choix.

Consultez la brochure ‘La pêche sportive au Québec’ dans laquelle tous les détails des Parcs, des Réserves fauniques et des zecs sont disponibles.

Pour tous renseignements à propos d’une pourvoirie :

consultez le ‘Guide de la Pourvoirie’

consultez la brochure ‘La pêche sportive au Québec’pour obtenir les coordonnées de la Fédération des Pourvoyeurs du Québec

Graciation :

Pêchez à la mouche.

Écrasez l’ardillon de l’hameçon.

Maîtrisez rapidement le poisson à l’aide d’une épuisette.

Laissez le poisson dans l’eau le plus longtemps possible durant la manoeuvre.

Décrochez l’hameçon délicatement à l’aide de pinces à long bec.

Coupez l’avançon si la mouche ne peut être enlevée sans blesser le poisson.

Réanimez le poisson.

Faites une photo, oui, mais rapidement.

Relâchez ou donnez au poisson la grâce de la vie.

APPRÉCIONS NOTRE CHANCE ET SOYONS TOUJOURS TRÈS PRUDENTS !